17/08/2018

Hypnose, quesaco??

BLOG 1 IMAGE DORMIR.jpgCommencer la rédaction d’un blog au sujet de l’hypnose et de l’hypnothérapie m’a d’emblée posé un problème majeur car il n’existe aucune définition universellement reconnue de ces pratiques. Vous pouvez consulter les ouvrages spécialisés, demander à des praticiens, chacun aura une définition en fonction de l’école dont il est issu ou de sa propre compréhension.Le plus souvent on vous donnera des exemples pour illustrer l’état hypnotique.

Ouvrez un crâne humain et vous y trouverez deux lobes distincts et parfaitement symétriques reliés au corps calleux. Vous y trouverez des milliards de neurones connectés entre eux. Mais aucun signe de transe, de conscient, de subconscient et encore moins d’inconscient.

Il n’est pas plus aisé de définir ses ressentis, ses émotions, produits d’un processus de métabolisation spécifique et dépendant d’une alchimie qu’à ce jour nous ne pouvons expliquer. Nous sommes semble-t-il une subtile combinaison d’un patrimoine génétique, d’un environnement, d’une époque, de croyances et de symboles…

Que de problèmes, me direz-vous !!! J’en conviens. Car si on résume, nous avons : une discipline dont les auteurs ne s’accordent pas sur une définition et des comportements et des pensées fabriquées par un objet gélatineux que nous ne pouvons saisir qu’au travers de la création de concepts abstraits et insaisissables, telles que des émotions, des ressenti ou des sensations.

Le soufflé retombe..

Ainsi, mon enthousiasme à partager via ce blog sur cette discipline a rapidement tourné à la méga prise de tête !

Assise sur ma chaise, mains posées sur le clavier, je passe mon temps libre à une activité passionnante qui se résume selon la chronologie: trouver une idée – écrire – réaliser que l’idée est mauvaise - effacer – faire le tour des blogs en quête d’inspiration – retrouver une idée – écrire – effacer et ainsi de suite.

Après quelques nuits soumises à ce régime émotionnellement épuisant, oscillant entre des pics d’« eureka » et leurs chutes « mais c’est nul !», cumulées à mon manque de sommeil, complétées par les remarques pressantes de mes proches, « alors c’est pour quand ? quel sera ton premier sujet ? » et l’énergie que je déploie à cacher ma misère intellectuelle dans laquelle je m’enlise, je prends la décision de laisser tomber: « je suis thérapeute et non écrivain, chacun son métier ».

Fin de l’histoire ? pas vraiment

Je fais mienne l’incapacité à donner une définition claire de l’hypnose. Je rumine. De fil en aiguille, je sombre dans un discours  interne épuisant « t’es cap’/ pas cap’ » et son wagon d’arguments contradictoires. Je commence à saturer !

L’improbable sauvetage

Un soir, après une journée à enchainer les consultations je retrouve une collègue pour dîner. Dans une ambiance décontractée d’un bistrot du centre - ville, légèrement grisée par un excellent Bourgogne, c’est la peur au ventre que je lui avoue toute la vérité sur mes incapacités supposées, signe évident de mon esprit limité. « Penses-tu que j’ai atteint mon plafond de verre ? ».

Silence. Elle pose son verre, se passe la main sur la nuque. Mauvais présage !  C’est alors que se produit l’improbable. Tel un essaim de sauterelles s’attaquant à un champ de blé, nous sommes saisies d’un fou rire dévastateur à nous décrocher les intestins. Tentant de reprendre son souffle, elle essaie de comprendre « mais comment tu en es arrivée là ? ». Rien n’y fait, c’est reparti de plus belle. Incapable de la moindre cohérence, suffocante, je prends soudainement conscience de l’absurdité dans laquelle je me vautre depuis des jours. Un véritable exploit d’auto-sabotage !

Plus tard, enfin délestée de mes pensées paralysantes, je décide de me prélasser dans un bain moussant. Détendue, le regard dans le vague, mon gros orteil affairé à gérer l’arrivé d’eau chaude. Surgit brusquement LA pensée EUREKA ! Tout s’éclaire, mais c’est bien sûr ! Si je n’arrive pas à rédiger ce blog, c’est simplement parce que je ne sais pas à qui je m’adresse. Expliquer ce qu’est l’hypnose, une transe hypnotique, ne dépend pas d’une définition mais bien de la personne à qui je m’adresse. Mais qui va lire ce blog ? Des experts de la psyché ? Des lecteurs qui n’ont jamais vécu une séance d’hypnose ? Des initiés ?

Voilà tout l’enjeu d’un message. Pour qu’une communication devienne information, il faut un émetteur et un récepteur. Comme dans toute thérapie, il convient de créer un champ thérapeutique performant basé sur un seul rapport : le lien de confiance entre le thérapeute et le patient. Et de facto, une double capacité : celle du thérapeute à comprendre comment l’Autre se représente le monde pour pouvoir l’accompagner. Celle du patient à s’investir dans un processus de prise de conscience de ses fonctionnements internes.

Un voile se lève. Je me lance !

Selon moi, l’hypnothérapie est une discipline à part entière, avec ses auteurs, ses courants, ses écoles de pensées, son histoire. Sa particularité réside dans le fait que la thérapie se déroule sous hypnose. Ainsi, l’hypnothérapeute doit être en mesure d’induire chez le patient le niveau de transe performant en fonction de l’objectif poursuivi (tout sur la transe dans mon prochain blog !). Mais également d’avoir la capacité d’exploiter la transe dans une visée thérapeutique. 

Un hypnothérapeute qui ne sait qu’induire des états de transes est un hypnotiste mais pas un thérapeute.

L’exercice de cette profession est particulièrement exigeant. Elle requiert une forte capacité de concentration de la part de l’hypnothérapeute, qui doit travailler sur plusieurs plans simultanément : induction et stabilisation/gestion du niveau de transe et axe thérapeutique.

Enfin, un brin de subjectivité selon la recette « le succès d'un blog » de Mabut  : La pincée de sel !

Souvent méconnue du grand public comme des médias, l'hypnothérapie est malheureusement encore considérée comme un outil au service du corps médical comme à l'intérieur d'institutions hospitalières. Abracadabra! et l'hypnose se transforme en placebo rigolo! Au prix de quelques formations internes et de bonnes campagnes publicitaires, le pauvre patient déboussolé trouvera, pour sûr, la clef de son malaise anxiogène "les pieds dans le sable et la tête dans les étoiles, doucement bercé par la houle envoûtante d'une mer turquoise".

A mon avis, ce défaut de compréhension est probablement inhérent à la crédibilité ou toute puissance que nous accordons à notre médecine allopathique.

Dans un article récent paru dans le Matin Dimanche, nous pouvons lire « Rien d’extraordinaire ni de miraculeux, dans l’hypnose. Sauf peut-être sa capacité à nous faire percevoir les choses sous un autre angle, moins problématique. Guidé par un spécialiste, chacun peut trouver son petit truc pour entrer dans sa transe libératrice. Tout bénéfice. ». Plus loin, le Dr.Eric Bonvin indique que «la seule chose que peut faire l’hypnose, et c’est déjà beaucoup, c’est qu’elle modifie la perception de la maladie, du soin qu’on reçoit, de la douleur ou de l’anxiété».

Dans cette perspective, l'hypnose est reléguée à la rubrique "détente" et sa sous-rubrique " trucs et astuces".

Bref,

Pour tous ceux qui souhaitent plonger dans le monde incroyable de l’hypnothérapie, je vous propose ici de larguer les amarres des lieux communs déprimants pour vous faire découvrir les potentiels extraordinaires que proposent cette discipline.

Au fur et à mesure, vous comprendrez comment l’hypnothérapie aborde l’être humain, comment elle fonctionne, comment s’en servir. Nous aborderons son histoire et son évolution jusqu’à nos jours. Je lèverai également le voile de l’hypnose spectacle, les potentiels de l’auto-hypnose et les avantages de l’hypnose de rue.

Vous serez ainsi en mesure d’évaluer la pertinence de l’hypnothérapie et de son incroyable potentiel. Ce blog se veut explicatif, ludique et vivant ! Alors que vous soyez des professionnels de l’hypnose ou curieux d’en savoir plus, n’hésitez pas à m’interpeller.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur mon site https://www.hypnotherapie-geneve.ch/

23:31 Écrit par Delphine Perrella | Tags : hypnose, hypnothérapie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it!

Commentaires

Bravo Delphine!
Ce premier article me plaît beaucoup. Il résume très bien l'ambiance actuelle autours de l'hypnose qui n'est considérée par le corps médical que comme un simple outil. Je regrette que trop de médecins, psychiatres ou pas,restent bloqués dans leur formatage...tu sais que je pense que la clé de l'état hypnotique et de son immense puissance se trouve dans le lien et le "champ thérapeutique" qui ne pourra exister si le praticien qui, au lieu d'être "présent" à tous les niveaux, reste englué dans des protocoles et des interprétations de grilles pré-mâchées bonnes à coller des étiquettes qui ne rassureront que ledit praticien....ton travail est génial et tes tribulations rédactionnelles m'ont bien fait marrer...je suis fier de pouvoir te compter parmi mes consœurs!

Écrit par : Lothar | 18/08/2018

Bravo pour ces débuts prometteurs. Vivement la suite !!

Écrit par : Mark | 27/08/2018

Les commentaires sont fermés.